Ahhh ce foutu besoin de se justifier…

Depuis longtemps j’ai cette fâcheuse tendance à me justifier, tout le temps, pour un rien, dans toutes sortes de situations.

C’est chiant, c’est inutile, ça m’énerve au plus haut point, mais je le fais encore trop souvent.

Ce matin lors de l’enregistrement d’un module pour http://LibrementMoi.com sur le sujet de l’$$$ avec Angélique Tartière, on parlait justement de se donner le droit, la permission de faire ce qu’on veut. C’est lié je crois.

5 minutes après, je reçois un appel de quelqu’un qui me demande si je suis dispo le lendemain pour un rendez-vous. Me voilà à répondre « Oui, mais seulement entre 13h30 et 16h parce que je dois être revenue à la maison pour ma fille qui revient de l’école ».

Et la seconde suivante, j’ai pris conscience que je venais de me justifier. Totalement inutilement. Auprès de quelqu’un qui en a totalement rien à foutre (j’allais dire « rien à crisser » mais je ne me donne pas encore le droit d’être aussi crue… et voilà je viens de me justifier à nouveau!).

En quoi elle a besoin de savoir que je dois être revenu « pour ma fille » à telle ou telle heure? Ce n’est pas nécessaire. Mais mon subconscient en a ressenti le besoin.

C’est lié au fait de se donner le droit d’exister, et aussi à l’amour de soi.

Un moment reste gravé dans ma mémoire à ce sujet, en décembre 2013, lorsque tout naturellement, comme je le fais encore parfois (mais moins, je me soigne, entre autres grâce à la prise de conscience que j’ai eu ce jour-là), j’ai voulu me justifier suite à un commentaire positif reçu d’une cliente lors d’un événement. Ça arrive, quand la plupart de vos clients sont des coachs, de vous faire rentrer dedans assez directement, avec amour évidemment 😉

Ce jour là, une coach pour qui j’ai beaucoup d’estime, (Geneviève Béland pour ne pas la nommer!), m’a fait un commentaire pour me faire prendre conscience de mon plein pouvoir, et j’ai tout naturellement répondu en m’excusant, en tentant de me justifier, en diminuant ce qu’elle venait de me dire. Mais elle ne m’a pas laissé finir ma phrase, elle m’a remise à ma place, puis a continué son chemin, comme si de rien était. Elle venait de me faire faire une prise de conscience qui allait participer à l’amorce d’une grande transformation.

Pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui? Parce que je veux vous aider à peut-être faire cette même prise de conscience : il n’est pas nécessaire de se justifier. Mais aussi pour que vous soyez douce envers vous au passage. Parce que pour moi, 4 ans plus tard, le travail n’est pas encore terminé. J’ai grandement évolué, mais le travail sur soi, c’est pour toujours.

Encore aujourd’hui je me justifie pour rien.

Encore aujourd’hui je m’excuse parfois d’exister.

Encore aujourd’hui il m’arrive de dire « bah c’est rien » quand on me fait un compliment.

La différence entre 2013 et aujourd’hui est que maintenant, quand ça arrive, la très vaste majorité du temps je m’en rend compte juste après. Et de plus en plus souvent, je réussis même à ne pas le faire.

Il m’arrive maintenant de pouvoir dire juste « merci » quand on me fait un compliment, puis de me fermer la gueule, tout simplement.

Il m’arrive aussi de simplement dire « non » à un client, sans donner d’explication. Parce que je le peux. Parce que je n’ai pas à me justifier auprès de mes clients. Parce qu’ils n’ont pas besoin d’une raison qui accompagne ma réponse, la plupart du temps.

Est-ce que je rougis encore à l’occasion? Assez souvent, oui.

Est-ce que je suis toujours à l’aise de recevoir un compliment et de ne pas me justifier ensuite? Absolument pas!

Mais je me soigne. Pas que je sois « malade », ce n’est pas la bonne façon de le dire je crois.

Je fais tout simplement mon petit bout de chemin. J’évolue à mon rythme. J’ai ce désir ardent d’évoluer et de grandir, alors oui je me pousse un peu à le faire. Mais je prends aussi conscience à quel point je peux être dure envers moi-même et ça, ce n’est pas agréable.

Alors je voulais juste remercier aujourd’hui ceux et celles qui m’accompagnent et m’aident dans cette évolution.

Celles qui sont douce quand c’est le temps, et celles qui « call my bullshit » quand ça arrive 😉

Merci.

Stéphanie

P.s.: Si vous voulez apprendre à vous donner le droit d’en faire qu’à votre tête, en affaires et dans votre vie perso, il existe maintenant une communauté privée où le faire en toute quiétude, en étant bien entourée de gens qui nous ressemblent: http://LibrementMoi.com

No comments yet.

Laisser un commentaire